Tout d’abord pour l’avenir il faut comprendre que les définitions du dictionnaire du passé ont changé.

« CONCERTATION » désormais signifie informer les citoyens des choix de la majorité par tous les moyens possibles, payer des cabinets pour valoriser les choix et mettre les élus de la majorité sous des toiles de tentes pour convaincre les récalcitrants de leur vision moderniste, dynamique, écologique, numérique etc…

Bien sûr tout cela à un coût ! Et malgré les baisses de dotations aux communes que la majorité dénonce en permanence, à Bourg-La-Reine les dépenses pour des nouveaux projets continues à entre engagées. Quand il faudra payer nous savons tous dans quelles poches on ira prendre l’argent.

Quant aux choix des projets rien de spécifique pour les jeunes, rien pour les seniors, rien pour le renforcement de la sécurité publique.
Ce qui manque cruellement aujourd’hui c’est :
– Un lieu ouvert 24/24 pour les jeunes où ils pourraient se réunir en toute légalité sans importuner des riverains.
– Un lieu agréable où les seniors pourraient se rencontrer durant la journée.
– Le renforcement des effectifs de la police municipale ainsi que l’extension de la plage horaire de ses interventions.
– Un lieu de recueillement civil pour les enterrements qui n’utilise pas les bâtiments religieux (bien que l’un d’eux soit propriété de la mairie).

Bref avec la majorité plein de projets pour alimenter la campagne 2020 pour les élections municipales (qui a déjà commencé pour le maire) mais sans répondre aux besoins du quotidien pour mieux vivre ensemble à Bourg-La-Reine.
Serez-vous dupes lors des réunions de CONCERTATION sur des sujets qui ne conviennent pas aux habitants ou sur des projets surdimensionnés pour nos finances municipales.

Pour le moment ils nous restent à espérer qu’en 2019 on ne nous sorte pas de nouveaux projets du cartable d’un cabinet spécialisé dans le marketing politique pour faire monter les sondages afin que la majorité actuelle se maintienne au pouvoir en 2020.

Voici quelques images prisent rue René Roeckel. Bien que cette rue piétonne soit récente (2006 1ère image) et que les réseaux furent vérifiés lors de sa réalisation, aujourd’hui on casse pour rénover les réseaux électriques.

Combien cela coute aux citoyens, quelle est la durée de vie d’un réseau enterré et d’un réseau aérien ? Combien coute une intervention sur chacun d’eux ?

Et ce n’est pas parce la commune ne paie pas sur son budget que cela est gratuit car en fait c’est souvent payé par du manque à gagner ou par des impôts départementaux et nationaux.

Avant de faire des choix il faut que les citoyens sachent la vérité des coûts !

Car il est facile de vouloir du beau quand personne ne sait combien ça coute, et pendant combien temps dure les travaux sur chaque type de réseau.

Sans informations réelles et sérieuse nous risquons d’avoir les mêmes Réginaburgiens qui demanderont des aménagements couteux sans en connaitre le coût, et ensuite vouloir les réductions des dépenses de la ville pour faire baisser les impôts locaux !

Vous pourrez voir aussi sur la dernière photo, qu’à notre « frontière » dans une hérétique ville de droite il y a encore des réseaux aériens.

Pour finir il est vrai que Bourg-la-Reine deviens la ville de l’enterrement :
• Enterrement des réseaux.
• Enterrement du maire promis aux électeurs.
• Enterrement des promesses électorales, notamment sur la non augmentation des impôts locaux.
• Enterrement de la politique de baisse des émissions de CO2 par les bâtiments de la ville.

A ce rythme notre cimetière risque d’être un peu juste.

Lors d'une promenade dans le 14eme arrondissement de Paris j'ai pris ces quelques photos qui reflètent bien la réalité d'un service inutile payé par la collectivité. Un jour faudra quand même répondre à la question à qui profite cette gabegie qui ne correspond à aucun besoin sérieux à part celui des élus d'être réélus.

Vous ne rêvez pas : Un vélo disponible pour 46 places.
Alors que tout au tour il y plein de deux roues certes, mais beaucoup sont motorisés. Le racket des collectivités fait par le marketing vert va-t-il prendre fin un jour !
Voir les photos ci-dessous.

285 signes espaces compris. Et oui pas plus, pour m’exprimer dans LE journal à la gloire de la majorité payé par les Réginaburgiens

Ce n’est que grâce à ce site que je peux exprimer pleinement mes valeurs et mes prises positions.

S’il convient de parler de l’avenir, il me semble que le rôle des élus n’est pas d’imposer leurs visions du monde mais bien de tenir compte des besoins exprimés par les citoyens. Aujourd’hui nombreux sont les élus qui exercent leurs mandats comme des technocrates autoproclamés, imposant la bien-pensance[1] à leurs électeurs. Il ne s’agit par moi de retirer aux partis et à leurs adhérents leurs rôles dans le débat public, qui permet aux citoyens de se forger une opinion. Ni de nier le besoin d’éducation populaire pour que le débat public soit accessible à tous. Mais une fois l’avis du peuple exprimé, il doit être défendu et respecté par ceux à qui les électeurs en ont donné la charge.

Une étude HARRIS Interactive recense les demandes des électeurs de façon très simple pour les villes de plus de 10 000 habitants[2].

[3]

Il est à noter que ce sont les PCS-[3] qui demandent le plus de sécurité des biens et des personnes, et que ce thème est fort dans toutes les classes d’âge.

Pour les impôts locaux et les dépenses de la municipalité ce sont les PCS+[3] qui sont les plus préoccupés, ils le sont aussi pour le maintien et la qualité des services publiques.

A mon étonnement la demande de transport en commun est relativement faible. Faut-il ajouter dans le débat public des transports en commun gratuits et confortables, pour que l’opinion des électeurs soit plus importante ?

Si l’on compare les besoins exprimés et ce que propose la majorité actuelle à Bourg-la-Reine on est un peu loin de la satisfaction des besoins et des centres d’intérêts exprimés. Bien sûr on ne peut pas diriger une ville avec les yeux rivés sur les sondages, mais exercer son mandat dans une bulle entouré de courtisans, n’est pas non plus une bonne façon de gérer le présent et de préparer l’avenir.

Deux mille vingt c’est demain, alors si vous aussi vous pensez que pour vous et vos proches ainsi que pour la ville, qu’il faut du changement à Bourg-la-Reine, il va être bientôt temps de le manifester.

Jean-Pierre LETTRON

[1] La bienpensance désigne l’opinion et le comportement des personnes bien-pensantes, « dont les idées sont conformistes » et soumises au politiquement correct. Le terme « bienpensance » a une connotation péjorative, polémique et ironique, car il est surtout employé par les détracteurs du politiquement correct.

[2] Lien pour l’étude complète : https://www.elugaucheblr.fr/wp-content/uploads/2018/07/Rapport_Harris-Intentions_de_vote_pour_les_elections_municipales_2020.pdf

[3] PCS : Professions et Catégories Socioprofessionnelles, en statistiques, nomenclature établie par l’Insee

Lors du conseil municipal du 2 juillet en réponse à une de mes questions orales, le Maire à continuer à utiliser le mot EXTENSION de la caserne pour parler des futurs bâtiments, afin bien sûr de minimiser l’impact sur le quartier et de maintenir la ligne de l’ancien maire.

Hors depuis le 16 juin 2018 dans le panneau des publications sur le mur des services techniques la vérité est écrite noir sur blanc.

Quant à il tripler la surface du centre de secours pour que des femmes puisent y venir, bonjour le mauvais argument.

Pour ce qui est de la sortie devant l’école République, c’est de la faute à pas de chance et il n’y aura pas de problème la préfecture de police gère !

L’intégralité de la réponse du Maire ne sera disponible que pour le prochain conseil municipal qui aura lieu le 24 septembre.

 

Augmentation de la surface au sol (en bleu) et augmentation des hauteurs –  égal triplement de la surface utile

Ce mercredi 27 juin 2018 le conseil municipal a dû être arrêté avant le vote du compte administratif car le quorum n’était plus atteint suite au départ de l’opposition.

En effet alors que tous les membres de l’opposition étaient présents la majorité était plus que clairsemée. Il manquant 11 élus dont des conseillers délégués et un maire adjoint (des élus rémunérés !).

De ce fait l’opposition a décidé de quitter la salle compte tenu du peu de motivation des élus de la majorité.

Le maire à une quinzaine de jours maximum pour convoquer un nouveau conseil.

A suivre

Jean-Pierre LETTRON

Autolib’ : le syndicat mixte vote la résiliation du contrat avec le groupe Bolloré

Cette décision doit entraîner l’arrêt du service de voitures électriques en libre-service dans les prochains jours.

Autolib’ est un service public d’autopartage de voitures électriques en libre-service disponible dans l’|agglomération parisienne. La conception des Bluecar utilisées ainsi que l’exploitation du service ont été confiées, pour une durée de 12 ans, au groupe Bolloré par le syndicat Autolib’ et Vélib’ Métropole (SAVM).

Lancé en 2011, le service Autolib’ est assuré, en août 2017, au moyen de 3 907 véhicules répartis dans 1 100 stations couvrant 102 communes de l’agglomération parisienne1.

Présenté comme ne devant pas solliciter d’aides publiques et apporter 56 millions d’euros de bénéfices par an, Autolib’ se révèle fortement déficitaire dès 2017. En 2018, le groupe Bolloré annonce que le service public produit 50 millions de pertes annuelles.

La majorité municipale a encore fait un choix perdant pour les Réginaburgiens.
Le petit conseiller municipal de gauche que je suis avait demandé depuis le vote du conseil municipal du 5 février 2014 des données réelles sur l’utilisation du service. Car tant sur l’utilisation que sur le risque financier des risques apparaissaient.

Lors du conseil du 5 février 2014 j’ai moi aussi voté pour l’adhésion à AUTOLIB au vu des arguments affichés par la majorité, bien naïf et abusé ai-je été par un dossier qui à l’époque ne présentait pas les points négatifs qui commençaient à montrer le bout de leurs nez ! Rappelons que seule la majorité peut utiliser les services de la ville pour faire des recherches et des analyses. Le dossier présenté aux élus ne contenait que les arguments du « marchand », alors que le service fonctionnait ailleurs depuis 3 ans. Pas d’étude sérieuse juste un argumentaire pour justifier les choix d’une majorité qui se veut moderne. Malheureusement tout est un peu comme cela dans la gestion de la ville, les études d’impacts sont quasi inexistence.

En fait les arguments n’étaient que du marketing pour pomper l’argent des collectivités. Mais en plus du coût pour TOUS les Réginaburgiens (car la facture sera payée par le contribuable par l’usager du service privé), c’est l’utilisation du service qui n’était pas conforme aux déclarations de la majorité, d’où sa faillite. A Bourg-la-Reine on peut résumer que 15 personnes sont allé à leur travail en semaine au frais de la collectivité, le reste du temps les voitures étaient sur les bornes. Aucun des objectifs écrits par la majorité n’a été atteint !

Cette droite qui passent son temps en campagne pour être réélue aux élections suivantes n’est contrairement à ces affirmation pas compétente pour :

  • Bien gérer la ville
  • Anticiper les transformations
  • Faire vivre la démocratie et respecter les citoyens.

Pour finir j’affirme que l’intérêt général est de donner la priorité au développement et la gratuité des transports en commun.
Notamment les transports locaux gérer par le territoire.

Jean-Pierre LETTRON


Délibération du 5 février 2014 votée

VII – DEVELOPPEMENT DURABLE
1/ Approbation de l’adhésion au Syndicat mixte Autolib’ Métropole Dans la poursuite des actions déjà engagées en faveur d’une mobilité durable, la ville de Bourg-la-Reine souhaite participer aux démarches concourant à diminuer les émissions de gaz à effet de serre et encourager ainsi toutes les alternatives à l’utilisation de la voiture individuelle, en complément des offres de transport en commun ou du développement des circulations douces.
Il est ainsi proposé que la Ville s’associe au dispositif de mise à disposition de voitures propres en libre-service : Autolib’. Depuis décembre 2011, Autolib’ a considérablement accéléré le développement de l’auto partage à Paris et en Ile-de-France. Grâce à la location en libre-service de la Bluecar de Bolloré, les franciliens ont la possibilité de partager des véhicules
électriques, avec à la clé un gain d’argent et de temps, une réduction de la pollution et une optimisation des durées d’utilisation des véhicules.
Les principaux objectifs du dispositif Autolib sont de :
– permettre des déplacements difficilement réalisables en raison de l’horaire, des ruptures de charge, du chargement de l’usager ou encore du lieu de destination,
– réduire l’utilisation du véhicule personnel, voire sa suppression,
– permettre au plus grand nombre d’accéder à un véhicule individuel lorsque cela reste indispensable,
– réduire les kilomètres parcourus, les nuisances liées à l’automobile en ville, la pression sur le stationnement en milieu urbain, et permettre un meilleur partage de l’espace public,
– réduire le budget des ménages consacré aux transports.

A ce jour, Autolib’ représente 63 collectivités adhérentes, 830 stations, 2100 véhicules et près de 43 000 abonnés. Une station comprend 6 emplacements en moyenne.
Pour la ville de Bourg-la-Reine, il est envisagé d’implanter 3 stations sur le territoire, dont une dans la contre-allée du boulevard Carnot, en face de l’avenue de Lattre de Tassigny, et une autre avenue du Général Leclerc entre la rue Jean Roger Thorelle et l’avenue du Panorama.
Pour la 3ème station, la localisation est à l’étude avec Autolib. Les implantations définitives feront l’objet dans un second temps d’une convention avec le Syndicat mixte « Autolib’
Métropole », après étude de faisabilité.
La cotisation au Syndicat Mixte s’élève à 2250 € et le coût d’une station Autolib est de 60 000 €. Une redevance d’occupation du domaine public de 750 € par an et par emplacement, soit 4
500 € par station de 6 places, sera perçue par la Ville.
Le tableau financier récapitulatif est présenté ci-après :

 

 

Pour l’article complet du MONDE sur AUTOLIB

Alors que notre majorité toujours pour des raisons électorales à sautée à pieds joint dans AUTOLIB, les problèmes financiers sont tels que la Mairie de Paris réfléchit à d’autres modes de déplacement.

Et ce n’est pas faute de les avoir prévenus.

A Bourg-la-Reine les maires changent mais la majorité a toujours une époque de retard !