NOUS AVONS AIMÉ

Travail, salaire, profit

Gérard Mordillat et Bertrand Rothé interrogent des chercheurs internationaux sur les concepts fondamentaux de l’économie. Une plongée passionnante, à l’heure où le néolibéralisme traverse une crise profonde. Premier volet : la notion de « travail », hier et aujourd’hui.

Certains mots sont d’un usage si courant qu’on finit par les utiliser sans en interroger le sens. Comme celui de « travail ». Depuis la nuit des temps l’homme travaille : une activité qui n’a pourtant pas cessé d’évoluer depuis le paléolithique. Qu’est-ce que le travail aujourd’hui ? Est-il devenu une marchandise ? Qu’achète-t-on sur le marché du travail ? Pourquoi et comment est apparu le Code du travail ?

Crise néolibérale
La série documentaire Travail, salaire, profit nous entraîne dans les arcanes de l’économie mondiale, jugée bien souvent trop opaque pour en saisir tous les tenants et les aboutissants. L’étude de cas, didactique et passionnante, est pourtant salutaire, à l’heure d’une crise massive du capitalisme, notamment via son avatar contemporain, le néolibéralisme, rejeté en bloc par une grande partie de la société. Après Jésus et l’islam, avec Jérôme Prieur, et Mélancolie ouvrière, Gérard Mordillat, accompagné de l’économiste Bertrand Rothé, signe une réflexion creusée et lucide sur cette « nouvelle religion contemporaine« , via le témoignage d’économistes renommés, dont Frédéric Lordon et David Graeber.

Réalisation : Gérard Mordillat   Bertrand Rothé

Pays : France

Année : 2019

Ci-dessous le 1er épisode de la série

La suite sur le site de ARTE : https://www.arte.tv/fr/videos/RC-018077/travail-salaire-profit/

Du produit insecticide a été pulvérisé dans la nuit de jeudi à vendredi en centre-ville, autour du domicile de la personne infectée

Depuis le dernier conseil municipal cette opération serait-elle possible à Bourg-la-Reine ?

Lors du dernier conseil municipal tous les élus (excepté moi ) ont voté un vœu pour l’interdiction de l’utilisation des produits phytopharmaceutiques pour l’entretien des espaces extérieurs de toute nature, et notamment l’utilisation d’herbicides contenant du glyphosate.

De fait en cas de danger pour la population comme à Rueil-Malmaison les élus ont choisi en toute conscience que l’absence d’utilisation de produit phytopharmaceutiques était préférable que son utilisation pour la santé publique.

Qui protège réellement les citoyens, ceux qui privent la collectivité de moyen pour intervenir en cas de danger sanitaire ou ceux qui agissent avec des produits phytopharmaceutiques pour endiguer la propagation des maladies dangereuse pour les êtres humains ?

Quel est l’animal le plus dangereux pour l’homme ?

Ce n’est pas l’homme, pas le requin, mais le moustique.

Slate.fr — 1 mai 2017

Ce n’est pas l’homme, pas le requin, mais le moustique. Selon des statistiques compilées par le blog de Bill Gates, les humains ont tué en 2015 environ 580.000 de leurs semblables, les serpents 60.000 et les moustiques indirectement via les maladies transmises 830.000 personnes. Au passage, les requins qui font si peur n’en ont tué que 6, les chiens 17.400 et les crocodiles 1.000 !

Les moustiques, les femelles en l’occurrence, sont en fait une aiguille hypodermique ailée. Leur longueur dépasse à peine cinq millimètres. Ils ont six pattes, et c’est le vecteur de maladies le plus efficace de tout le règne animal. C’est grâce à leur odorat qu’ils nous repèrent, attirés par l’acide lactique et d’autres ingrédients de notre transpiration. Ils sentent aussi le dioxyde de carbone que nous expirons et arrivent jusqu’à notre visage en remontant le sillage de notre respiration. Plus on sue et plus on halète en les chassant, plus nous devenons intéressants.

Le problème, c’est évidemment ce qu’ils propagent comme le virus Zika, la dengue, la fièvre jaune et surtout la malaria ou paludisme. «Nous devons garder à l’esprit que la très grande majorité des maladies transmises par les moustiques et des décès qui en résultent sont liés à la malaria», écrit Bill Gates.

La malaria est une infection parasitaire propagée par la piqûre de certaines espèces de moustiques anophèles. Elle affecte les être humains depuis plus de 50.000 ans. Elle provoque des tremblements, des fièvres, des nausées et peut provoquer des défaillances d’organes. Cette maladie est responsable de plus de la moitié des morts causées par les moustiques dans 91 pays et pour l’essentiel en Afrique subsaharienne.

Il n’y aucun vaccin contre la malaria. Un programme pilote doit être lancé par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en 2018 dans trois pays. Mais la prévention est efficace et s’est traduite, toujours selon l’OMS, par une baisse de 62% des morts liées à cette maladie entre 2000 et 2015. En tout, 6,8 millions de vies ont ainsi été sauvées.

La dengue est aussi une maladie transmise par les moustiques devenue très préoccupante. Elle est devenue l’une des principales causes d’hospitalisation et de morts des enfants dans certains pays asiatiques et d’Amérique latine.

Les produits phytopharmaceutiques c'est quoi ?

Les produits phytopharmaceutiques appartiennent à la famille des pesticides1, qui font eux-mêmes partie du groupe des biocides2.

Les termes de pesticide, produit phytosanitaire, produit agropharmaceutique, produit de protection des plantes, produit de protection des cultures sont aussi employés dans un sens proche de produit phytopharmaceutique.

L’Union européenne définit un produit phytopharmaceutique dans la directive communautaire 91/414/CEE du 15 juillet 1991 et dans le décret 94-359 du 5 mai 1994. Elle ne propose pas de définition règlementaire pour les termes de pesticide, produit phytosanitaire, produit agropharmaceutique, produit de protection des plantes et produit de protection des cultures.

Depuis le 3 juillet si vous avez une vignette Crit’Air 5 ou pas de vignette Crit’Air vous ne pouvez plus circuler dans Bourg-la-Reine avec votre voiture !
Ceci n’est pas une décision débattue en conseil municipal mais bel et bien un arrêté du maire.
Si vous n’avez pas les moyens d’avoir un véhicule conforme, parce que vos revenus sont faible et bien pas de chance. En plus d’être pauvre (parce que chômage, handicap ou bas salaire) vous serez punis car c’est vous les responsables de la pollution qui empoisonne les plus riches !
Pour les gros 4X4 flambants neufs qui émettent des tonnes de CO2 voir article plus bas) ou les deux roues motorisés pas de punition !
Pour vous les pauvres allez hop au delà de la A86 pour le moment en attendant que l’ont vous repoussent après la Francilienne.
Sans vous les pauvres, la petite bourgeoisie pourra allez chercher sont panier BIO avec sont 4×4 entre deux avions en toute liberté sans êtes polluée par vos méprisables véhicules que vous garder par égoïsmes prolétariens sans aucun doute, plutôt que par manque de moyen.
Le « classe laborieuse, classe dangereuse » de l’avant guerre est revenu à la mode !

Réglementation liée aux Vignettes Crit’Air

Pour pouvoir circuler en agglomération lors de pics de pollution, la vignette auto Crit’Air est obligatoire depuis 2017 dans certaines villes comme Paris, Lyon, Strasbourg, Grenoble, Lille, Toulouse, Annecy, Rennes ou encore Chambéry. Désormais, les automobilistes de la Drôme doivent aussi se procurer la vignette Crit’Air. La pollution atmosphérique étant devenue une question de santé publique, cette obligation va se déployer dans les autres villes de France très prochainement. Les villes de Bordeaux et Marseille vont également entrer dans le dispositif Crit’air d’ici 2019.

La possession d’une vignette Crit’Air est alors vivement conseillée sous peine d’amende allant jusqu’à 135€. De plus en plus de collectivités locales adoptent des mesures de restriction de circulation lors des pics de pollution. Durant ces derniers, seuls les véhicules porteurs d’une vignette Crit’Air anti pollution dont la classe sera précisée pourront circuler sans contrevenir à la réglementation routière en vigueur.

Cout de la vignette 29,90 Euros

extraits :

Des taux six fois supérieurs à ceux annoncés

Les NOx sont des gaz très nocifs, responsables de troubles respiratoires. A Paris, 1100 décès par an sont dus à la pollution de l’air liée au trafic routier. « L’étude valide notre stratégie de sortie progressive du diesel en 2024 : le diesel propre n’existe pas !, réagit Christophe Najdovski, l’adjoint aux transports de la mairie de Paris. Elle nous conforte aussi dans notre opposition au projet du ministère de l’économie de requalifier les diesels récents en Crit’Air 1. »

L’étude, menée à Paris dans le cadre du projet international TRUE (The Real Urban Émissions Initiative), observe que les véhicules diesels homologués Euro 6 émettent, en conditions réelles, six fois plus de NOx que la norme et 4,8 fois plus que les Euro 6 essence. Cet écart s’explique par la nature des tests d’homologation, effectués en laboratoire, et les méthodes d’optimisation employées par les constructeurs.

Au total, «la part des NOx attribuables aux diesels Euro 5 et Euro 6 représente plus de 60 % des émissions totales pour les voitures particulières » à Paris, estime l’ICCT.

30 % de pollution en plus lorsqu’il fait chaud

Les données captées à Paris ont mis en exergue un autre phénomène : quand la température de l’air dépasse 30°C, les diesels Euro 6 voient leurs émissions de NOx bondir de 20 à 30 %. Bien qu’autorisés à rouler malgré la mise en place de la circulation différenciée lors des pics de pollution, ces moteurs, pourtant soumis aux normes les plus sévères en vigueur, contribuent à la formation d’ozone.

L’ICCT s’est enfin intéressé à une catégorie de véhicules peu étudiée : les deux-roues motorisés. Là encore, les modèles les plus récents, bien que roulant à l’essence, se montrent particulièrement polluants. A consommation de carburant égale, les motos et scooters rejettent jusqu’à six fois plus de NOx et dix fois plus de monoxyde de carbone que les voitures essence de dernière génération.

Donc avec les impôts de vos voisins et un peu du votre vous pouvez offrir un vélo électrique à un proche à l’autre bout du pays en toute légalité.

Enfin des presque bonnes nouvelles ou comment profiter des dérives idéologiques du moment.

La semaine dernière la majorité municipale a proposée en commission de subventionner l’achat de vélo électrique par un chèque de 300€.

Le lendemain c’est la région IDF qui propose 500€ !
http://www.leparisien.fr/info-paris-ile-de-france-oise/transports/ile-de-france-une-aide-de-500-euros-pour-l-achat-d-un-velo-electrique-11-09-2019-8149563.php

Qui dit mieux ?

Si on attend encore peut être que Macron nous proposera 1 000€.

Pour toutes ces aides pas de condition sur l’origine du vélo (en générale ils sont Chinois et selon nos recherches une seule marque fabrique en France) donc subvention pour les emplois externalisés et pas d’obligation de garder le vélo pour soi !

Donc avec les impôts de vos voisins et un peu des votres vous pouvez offrir un vélo électrique à un proche à l’autre bout du pays en toute légalité.

Elle n’est pas belle la propagande pré-électorale pour avoir vos voix !

A lire :

Le Véligo, un nouveau vélo électrique à louer en Ile-de-France
La bicyclette bleu turquoise, complémentaire du Vélib’, est proposée à la location de longue durée par la région pour 40 euros par mois.  Et 1 200 à payer en cas de vol !
https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/09/11/le-veligo-un-nouveau-velo-a-louer-en-ile-de-france_5509170_3234.html

Clinique détruite – Ce sera un immeuble !

Cet été la démolition de la clinique Ambroise PARÉ a commencé.

Ce sera contrairement à ce que disait la majorité encore un immeuble d’habitation. Je vous ai informé depuis février 2016 sur ce qui se tramait contre cette clinique-maternité de proximité. Entre les magouilles de son patron Jérôme NOUZARÈDE condamné depuis et la passivité habituelle de majorité de droite, il y avait peu de chance qu’un établissement de soin soit disponible en lieu et place de la clinique.

Moins de services de santé de proximité mais plus d’habitants, tel est l’avenir de notre ville. Avec des écoles (sauf celle des Bas-Coquarts) et des transports saturés (sur le quai du RER il y a désormais le matin des « pousseurs en vert » appelés Régulateurs de flux !), comment va-t-on gérer tout ce désordre.

Par ailleurs le terrain de la clinique était suffisamment grand (2465m²) pour être préempté par la ville afin d’y construire un équipement public, des logements sociaux ou y implanté la nouvelle caserne des pompiers par exemple.

Je vois bien dans quelques mois venir le discours on ne peut pas faire car la ville n’a pas de foncier assez grand !

Alors que le projet Faïencerie a été élaboré dans le plus grand secret ainsi que la future destination du site actuel du CAEL, le site de l’ancienne clinique n’a pas fait l’objet du début de l’ombre d’une réflexion.

Une majorité municipale doit faire vivre la démocratie et non pas se conduire en propriétaire de la commune.

Jean-Pierre LETTRON

BILAN en 1 160 signes – Merci mon maître

Voici le message que j’ai reçu le 10 avril pour mon intervention dans ce journal spécial bilan de mandat :

Mesdames, Messieurs,
Dans le cadre de la parution d’un bilan de mandat prévu pour fin mai/début juin, je vous remercie de bien vouloir me transmettre votre texte de tribune pour le lundi 6 mai prochain.

Le nombre de signes attendu est identique à celui qui vous est habituellement réservé pour le magazine.

Quel bilan peut-on faire quand on n’a aucun moyen et que la majorité dispose de la totalité du budget et de tous les employés municipaux pour imposer ses choix.

Que dire sur le contenu de ce journal dont je n’ai aucune indication alors que la « majorité » le prépare depuis des semaines. Ce document fait partie des actions préélectorales, les Réginaburgiens seront-ils dupes ?

Jean-Pierre LETTRON